Les amulettes égyptiennes

Magie, médecine, et attributs funéraires

Les amulettes égyptiennes, prisées des vivants comme des morts, étaient destinées à écarter dangers et démons, à porter chance, à développer certaines vertus comme la puissance, la résistance ou la force, ou bien tout simplement, à s’assurer une bonne santé. Les médecins les utilisaient, par exemple, en complément d’autres remèdes et de sorts, pour favoriser la guérison des malades.




Les amulettes se distinguaient par leur forme, leur matière, leur couleur et leur taille. Leur efficacité dépendait de ces différents critères, de leur interaction combinée, des inscriptions qui figuraient parfois au dos, et du moment de leur acquisition. Le début de l’année, marqué par d’importants rites religieux, était de fait particulièrement propice à l’achat d’une amulette pour soi ou pour ses proches. Riche en forces actives, cette période était parfaitement adaptée à ces petits objets, eux-mêmes réceptacles de ces forces.

Les amulettes pouvaient être portées comme des bijoux, intégrées à des colliers, des anneaux, des sceaux (comme les scarabées), des pectoraux, etc. On les disposait également, lors des rituels funéraires, entre les bandelettes des momies ; elles correspondaient, dans le Livre des morts, à des sorts que les défunts pouvaient avoir à invoquer dans l’au-delà. 

Le fond et la forme

Au royaume des amulettes, la diversité est reine : divinités, animaux, plantes, objets sacrés, hiéroglyphes, emblèmes royaux, membres et organes humains ou divins… 
Mais alors, pourquoi telle ou telle forme ? La réponse, bien entendu, réside dans le « fond ».

Des divinités toutes puissantes

Parmi les nombreuses divinités que l’on retrouve en amulette, citons : Rê, Horus, Hathor, Anubis, Isis, Sekhmet (la déesse lionne), Amon, Khonsou, Mout… Même les quatre fils d’Horus (à l’effigie desquels étaient construits les vases canopes auxquels ils étaient préposés) s’invitent dans le panthéon sacré des amulettes. Notons également que parfois, les divinités étaient évoquées par l’un de leurs symboles (objet, plante, animal…). C’est le cas du célèbre œil d’Horus (Oudjat), du nœud d’Isis, du pilier-djed (colonne vertébrale d'Osiris), de la vache (Hathor), etc.
Dans l’au-delà, les défunts bénéficiaient ainsi des pouvoirs de ces divinités. Les vivants, quant à eux, jouissaient de leur protection.

Un bestiaire très spécial

Les amulettes représentant des animaux offraient à leurs propriétaires les aptitudes de ces espèces. Cependant ces animaux n’étaient autres, le plus souvent, que l’incarnation d’un Dieu ou d’une Déesse. Ainsi, la vache figurait Hathor ; le faucon, le dieu Horus ; la grenouille, la déesse Heket ; le babouin, le dieu Thot…

Des amulettes prothèses ? 

Les amulettes à l’image des différentes parties du corps humain, comme le pied, avaient pour rôle de protéger, dans l’au-delà, le membre en question, voire de le remplacer, en cas d’accident.


Un bouquet de matières et de couleurs

Un florilège de matières

On confectionnait les amulettes dans des matériaux très divers : faïence, verre, pierre (semi-précieuses ou non), métal (bronze, cuivre, or, argent, parfois en fer ou en électrum), coquillages, os, ou encore bois et dents d'animaux, ivoire…
Parmi les pierres semi-précieuses les plus utilisées, notons :
  • le jaspe : rouge pour le nœud d’Isis, vert pour les scarabées-cœurs. 
  • la serpentine (vert pâle à très foncé) : également très prisée pour les scarabées-cœurs
  • la cornaline (rouge translucide)
  • le lapis-lazuli
  • la turquoise, extraite dans le Sinaï (bleu clair à bleu-verdâtre) : associée à la déesse Hathor.

Et une multitude d’autres pierres, comme la stéatite, le cristal de roche, l’amazonite, le quartz, l’hématite, le basalte….

Le symbolisme des couleurs

La couleur des amulettes était primordiale. 
Ainsi, le vert, couleur de la végétation, symbolisait la renaissance, la nouveauté, la croissance et l’épanouissement. 
Le rouge, associé à tout ce qui est vivant, permettait au défunt de poursuivre son existence dans l’au-delà. 
Le blanc, couleur du lait maternel, promettait fertilité et abondance.



Petit Glossaire des amulettes

Comment déchiffrer ces mystérieuses amulettes ?
Dans cette section, en détail, le fonctionnement de quelques uns de ces fascinants objets magiques... La liste complète est malheureusement bien trop longue et complexe pour entrer dans le cadre de ce blog!

La Croix Ankh
[hiéroglyphe ankh]
L’amulette ankh, qui symbolise la vie, est garante d’une existence heureuse.


Le Pilier-djed
[hiéroglyphe Ḏd]
Le pilier-djed (qui représente la colonne vertébrale d’Osiris) symbolise la stabilité, la résurrection, la durabilité et la résistance. Le défunt, grâce à cette amulette, espère garder son intégrité dans l’au-delà, avant de ressusciter pour gagner l’éternité.

Le Nœud d’Isis
[hiéroglyphe Tyt]
L’amulette dite « nœud d’Isis » ou « tyet » (le plus souvent en jaspe rouge, couleur du sang d’Isis) symbolise force et la magie d’Isis. En effet, c’est grâce aux nœuds d’un cordon qu’Isis, par sa magie, a ressuscité Osiris, ce qui explique que cette amulette soit souvent combinée avec celle du pilier-djed, symbole associé à Osiris.
Les vivants comme les morts l’utilisent pour son pouvoir protecteur.

L’Œil oudjat
[hiéroglyphe wdjAt]
L’œil Oudjat  (ou œil d’Horus) est l’une des amulettes les plus utilisées. Ses pouvoirs sont très étendus, son champ d’action quasi infini. Elle éloigne les forces maléfiques, les blessures et les maladies des vivants et leur porte bonheur ; posée sur le corps des défunts, au cours du processus de momification, elle préserve l’incision opérée pour ôter les organes internes et protège les défunts eux-mêmes dans l’au-delà

Le Papyrus
[hiéroglyphe ouadj]
En colonnette, l’amulette symbolise la régénération (ou renaissance) et la verdeur. Le papyrus est également représenté, en tant qu’amulette, sous sa forme double.

Le Scarabée
[hiéroglyphe kpr]
Le scarabée est associé à la renaissance. Il incarne la vie, la fertilité et le soleil levant ; en effet, chaque matin, il pousse Râ (le soleil) dans le ciel, à l’aide de ses antennes « cornes ».
L’amulette, qui remplace le cœur du défunt dans l’au-delà (dans le processus de momification), doit empêcher ce dernier, lors du jugement devant Osiris, de s’exprimer contre le défunt. En outre, elle protège les vivants.

Le Cœur
[hiéroglyphe ib]
L’amulette en forme de cœur cumule les mêmes pouvoirs que l’amulette scarabée.

L'Hippopotame
[hiéroglyphe  ab]
Souvent porté en bijou, il accompagne les femmes au moment de l’accouchement. L’hippopotame est à l’image de la déesse Thouéris, qui préside à la maternité.

Le Crocodile
[hiéroglyphe  sbk]
Les amulettes à l’effigie du Dieu crocodile Sobek éloignent les crocodiles.

La Grenouille
[hiéroglyphe ]
Les amulettes représentant une grenouille assurent fertilité et abondance.

Le Dieu Thot
[hiéroglyphe ]
Inventeur de l'écriture et du langage, Thot, sous la forme d’une amulette, vient en aide aux scribes. Il prend le plus souvent l’apparence d’un babouin.

Le Dieu Ptah
[hiéroglyphe ]
Les amulettes figurant Ptah sont très prisées chez les artisans.


Un diaporama haut en couleurs

Toutes les amulettes présentées dans ce diaporama sont conservées dans le département des antiquités égyptiennes du Louvre.


NB : pour les utilisateurs d'IE, si le diaporama ne fonctionne pas correctement, un seul conseil : passer sous Mozilla ou Chrome...

Quelques sources pour continuer l'aventure

Commençons par un très joli livre broché de Philippe Germond, publié en 2006, Le monde symbolique des amulettes égyptiennes :


Le site insecula propose à cette adresse une liste d'amulettes des musées du Vatican.

La Fondation Jacques-Edouard Berger a publié un article très intéressant sur le sujet, intitulé A la rencontre des Trésors d'Art du Monde.

Le British Museum publie une courte page dédiée aux Egyptian amulets, illustrée par un diaporama.

Article suivantArticle plus récent Article précédentArticle plus ancien Accueil

0 commentaires: